Retour

AUJOURD'HUI


Par contre, à partir du XVIIème siècle, on reconnait sur le plan le caractère d'un "village-couloir" ou "village-rue" dont les maisons accolées bordent l'ancienne route du Portet d'Aspet à Tarascon sur Ariège devenue la RN 618, ravalée au rang de RD 618. Au nord et au sud, des rues ou chemins parallèles desservaient les nombreux jardins et champs qui assuraient la subsistance des habitants : au nord, le chemin caillouteux et clos de haies du Pradal ; au sud, le chemin des Planèzes dessert les petis quartiers de Séourre, Camou, Les Planèzes, les Rives, Pomiès et rejoint au Barry la Grande rue, la bien nommée, puisque les maisons l'escortent sur plus d'un kilomètre. Des places et placettes, enrichies de fontaines vers le milieu du XIX ème siècle, rythment le trajet : le Cazal, Encaouladé, les Tilleuls, Conti et son monument aux morts, la Rende, où s'élève depuis le XIIIème siècle l'église Sainte Madeleine.


Parsemez le tout de quelques 600 habitants plutôt mûrs que verts, ajoutez-y le prieuré Sainte Madeleine et une pincée de résidents venus de la Communauté Européenne, installés surtout dans les hameaux (Cabus, le Souleilhan, la Ruzole, les Marres), et vous aurez une petite idée de notre commune de Saurat 09400.
 

Texte de Maïté Artis, sauratoise depuis le XVIème siècle.